Faut tout démonter !

« Petit » rebondissement dans l’Aventure que nous vivons… En effet, il faut tout démonter… Oui tout ! Les copains ont dû trouver bizarre que je ne lance pas d’appel à l’aide la semaine dernière comme convenu pour la poursuite du chantier. Il faut dire que je n’ai pas trouvé le temps de les prévenir. Car il faut tout démonter… et sans plus attendre… Ça vous effraie peut-être à l’idée de devoir tout défaire  ?… et pourtant c’est une très bonne nouvelle que j’ai à vous annoncer là dans ce nouvel article.  Explications…

Dans l’article précédent, je parlais de mon choix de réaliser un four à gueulard pour me faciliter la tâche et me préserver davantage pour mieux durer dans le temps. Mais il y a un net coût supplémentaire car les matériaux en fonte sont particulièrement onéreux. Pour information, j’avais fait faire un devis par une société spécialisée et j’en étais à 4127 € pour acheter le gueulard, son assise + la gamelle pour boucher l’assise du gueulard, le foyer complet et le oura (système de clapet qui ferme le conduit de cheminée pendant la cuisson).  Et il me manquait encore la porte du four…

C’est alors qu’en désespoir de cause, dimanche (21 janvier), je (re)cherche un gueulard d’occasion sur le bon coin. Et Ôh surprise !! je trouve un four complet à vendre, un énorme four à gueulard avec une sole de 6,75 m2, soit le double de superficie prévue pour la mienne. Le tout pour la modique somme de 950 €.  La particularité : venir le démonter sur place pour l’emporter.  Je prends contact avec Bruno, le propriétaire. Ce four a été construit en 2005. Il est donc quasi neuf. Trois jours plus tard avec mon amie Ghislaine, nous sommes sur place à 320 km d’ici, dans le Loire et Cher. J’ai loué une grosse camionnette et nous sommes partis 2 jours et demi pour un premier voyage (pendant que mon vieux kangoo se fait réviser-réparer).

Bruno nous accueille chez lui et nous offre son hospitalité ainsi que son aide pour le démontage. Son four est magnifique ! Un chef d’oeuvre ! C’est un four Mantez.  Dedans, il enfournait 120 baguettes, c’est un four rectangulaire dont la sole mesure 2,70 m sur 2,50 m. Les dalles de la sole, elles, mesurent 33 cm sur 33 et font 6 cm d’épaisseur. Allez petit diaporama de présentation oblige !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Voilà pour la présentation.  A présent, voici un second diaporama montrant le démontage de l’édifice. Du moins, une partie, seulement. En fait nous avons passé les trois quarts de notre temps à vider le sable contenu au dessus de la voûte. Nous avons peut-être retiré une cinquantaine de brouettes.  C’est beaucoup de boulot, mais ça en vaut la peine. Outre l’aspect économique pour mon porte-monnaie, je trouve que démonter un four est idéal pour bien comprendre sa réalisation et ses mécanismes. Car je découvre tout au fur et à mesure de la grande Aventure, n’ayant encore jamais construit de four. C’est une chance inouïe ! En plus, ça nous fait voir du pays et rencontrer encore de chouettes personnes comme Bruno.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ci-dessous une fontaine de sable. Idée de Bruno: trouer le mur pour laisser s’écouler le sable. Très efficace !

Au dessus de la voûte, ça se vide de plus en plus. On voit apparaître les conduits de cheminée.

C’est la fin du 2ème jour de travail. On a vraiment bien bossé.

C’est le moment de charger la camionnette après 2 journées intenses de travail. On voit bien les dalles de la sole.

Et voilà ! Tout est bien rangé, bien calé pour le trajet. Quelques pièces en plus offertes par Bruno, pelles d’enfournements, balaies . Prochain voyage prévu vers le 6 février.  Faut tout démonter !

Prêts à repartir. Nous prendrons la route du retour vendredi soir à 18h20.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *