Ça prend forme !

Lundi 25 juin 2018, je fais des essais….

Maintenant que la porte est installée et scellée il est temps de donner la forme du four.  Sur les côtés je vais monter encore en béton cellulaire  pour conserver l’isolation sur les côtés aussi. Pour le mortier des briques je fais un mélange 3 vol de sable pour 1 vol de chaux. J’ai choisi (sur conseils de mes amis) la chaux hydraulique HN3,5 Saint Astier. J’ai retenu qu’elle est particulièrement résistante à la chaleur.

Mais avant de commencer, je vois comment intégrer la gueule du four . Avec l’ordinateur sur place je compare avec le four de Bruno.  Ça semble s’emboîter comme il faut.

C’est parti pour sceller la première rangée de briques ! En même temps nous faisons la ceinture de béton cellulaire (Ytong).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

étape suivante : poser-coller la languette de la porte du four (« languette » : je ne connais pas le vrai nom de cette partie).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et voilà le travail !

Sympa la forme, non ? J’aimerais poursuivre l’écriture du blog, mais là, il se fait tard pour un boulanger… Demain je fais du pain, alors c’est mieux que j’aille me coucher pour être en pleine forme au fournil.  J’espère reprendre la suite en début de semaine prochaine… j’espère… A très bientôt et merci de m’avoir lu 🙂

Lentement mais sûrement…

Chères lectrices et chers lecteurs,

Encore deux mois et demi sans article à vous offrir… Le chantier a pourtant bien avancé.  Je vais décrire toute cette avancée en plusieurs petits articles. Voici le premier de la série :

Tout d’abord, la fin de l’article précédent « foyer terminé + dalle isolée » n’est plus d’actualité. Je reviens sur ce point important : j’avais décidé de ne pas mettre le lit de sable sous les pierres de la sole. En fait je n’avais pas mesuré l’importance de cette étape. Le sable permet d’augmenter la masse thermique, c’est donc indispensable d’en mettre. Et d’ailleurs, plus on en met, mieux c’est. C’est pour cela qu’on en trouve en dessous de la sole et au dessus de la voûte. Je me souviens chez Bruno il y avait plus d’un mètre de sable au dessus de la voûte ! Et en dessous de la sole nous n’avions pas pu voir mais j’avais sondé une fois celle-ci retirée et il m’avait semblé qu’il y en avait autant en dessous qu’au dessus… c’est dire… Pour ma part, j’ai opté pour un mortier maigre (3,5 volumes de sable pour 1 volume de chaux) de 5,5 cm sur les conseils de Yannick (oui l’architecte). L’intérêt du mortier maigre est d’avoir un plan dur une fois séché plutôt que du sable seul qui est un peu moins stable à la pose. Ca donne ce petit croquis pour mieux comprendre.

C’est dommage, je viens juste de comprendre véritablement la nécessité de cette « masse thermique ».  Si c’était à refaire, je ferais une chape maigre de 30 cm. Mais bon, 5,5 cm ça fera l’affaire d’après les spécialistes. Je verrai à l’usage…

 

 

Pose de la porte.

Dimanche 10 juin, encore une étape importante :  nous présentons la porte.

A nous 3, avec les fistons Enzo et Mathias, nous sommes parvenus à la monter là-haut.  C’était épique ! Nous avions fait des escaliers avec les parpaings pour pouvoir la monter. On s’y est repris à 4 fois. Je suis sûr que cette porte pèse au moins 250 kg !

Ensuite pour la sceller, c’est André qui sera de la partie :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme je l’expliquais dans le dernier article, ayant changé d’avis et choisi de mettre du sable sous la sole sous forme de mortier maigre, il nous a fallu réhausser la prote de la même épaisseur, 5,5 cm, soit l’épaisseur d’une brique.

Voilà ce que ça donne :

Toujours avec la complicité d’André…… que je ne remercie pas… sinon il va encore râler…. MERCI André !